Comment dépister l’arthrose du genou ou gonarthrose ?

On ne s’étonnera pas que la maladie la plus fréquente soit liée à un phénomène d’usure : l’arthrose du genou. Plus de 8 fois sur 10, il s’agit de femmes âgées de 50 à 60 ans, souvent trop fortes, ayant en outre, une mauvaise circulation veineuse.

Une douleur à la marche, le signe de l’escalier

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

C’est souvent dans l’escalier qu’apparaît la gêne, plus encore à la descente qu’à la montée.

La malade se plaint, en outre, d’une difficulté pour se relever lorsqu’elle est restée longtemps assise, comme si la mise en route nécessitait un dérouillage.

En principe, la douleur disparaît au repos. La nuit, la malade ne souffre pas, sauf dans certains mouvements pour se retourner dans son lit.

Il résulte de cela une certaine impotence, qui limite la marche et peut obliger la malade à s’aider d’une canne.

Parfois surviennent brutalement des sensations de dérobement du genou.

Enfin, il est fréquent que la malade sente des craquements en pliant son genou.

Gonarthrose

Gonarthrose

Lorsque le médecin examine le genou

Il constate souvent que le genou est un peu gros, comme empâté. Ses mouvements sont limités lorsqu’il essaie de l’étendre ou de le plier complètement.

Il réveille une douleur en faisant bouger la rotule ou en appuyant sur elle. On a l’impression que la rotule rabote le genou.

Plus d’une fois sur trois, il constate enfin que la jambe part sur le côté, soit en dedans, soit en dehors.

La malade déclare pourtant qu’auparavant, elle avait les jambes droites.

Cela est du à l’usure du cartilage, qui prédomine soit à la partie interne, soit à la partie externe du genou.

Enfin, il remarque habituellement que les muscles de la cuisse, notamment le quadriceps, sont moins gros et moins toniques que du côte opposé, ce qui explique la sensation de faiblesse de la jambe.

La radiographie

Radiographie de l'arthrose du genou

Radiographie de l’arthrose du genou

Le médecin qui soupçonne déjà l’existence d’une arthrose va demander des radiographies des deux genoux, afin de pouvoir comparer les lésions.

Il demande un cliché de face et de profil. Mais il demande aussi des radiographies prise sous un angle spécial pour apprécier la position de la rotule.

Ces clichés que l’on appelle « incidences axiales » ne sont pratiqués que depuis quelques années mais ils sont d’une importance fondamentale car ils ont permis de découvrir toute une pathologie nouvelle de la rotule que l’on ignorait malgré sans fréquence considérable.

Les radiographies, si elles sont de bonne qualité, vont donc permettre de distinguer plusieurs variétés d’arthrose du genou.

Ajouter un commentaire