Les douleurs de la voûte plantaire

Elles sont dues à une mauvaise conformation du pied. Il faut distinguer les pieds plats et les pieds creux.

Les pieds plats

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Pieds plats : empreintes plantaires

Pieds plats : empreintes plantaires

Ils sont beaucoup plus rares qu’on ne le pense.

Tous les pieds plats ont en commun ceci : un début d’affaissement du pied dans sa partie interne avec parfois en plus une bascule de l’arrière-pied.

Les problèmes posés sont différents selon l’âge.

A l’âge adulte

Symptôme

Le plus souvent, il s’agit d’une femme ménopausée mais on peut le voir également après un alitement prolongé ou à la suite d’un accident.

Il peut être enfin le prolongement d’un pied plat de l’enfance qui devient douloureux à la suite d’une prise de poids, de l’apparition de troubles veineux ou d’une grossesse…

Il est presque toujours tout à fait indolore.

Dans les cas évoluées, il s’accompagne de douleurs des chevilles, du bord interne des pieds ainsi que de la voûte plantaire.

Il s’agit de douleurs d’ailleurs modérées à la marche et à la station debout prolongée.

La marche manque d’élégance et évoque un peu celle de l’éléphant.

La cheville est épaissie avec double ou triple bosse interne.

Lorsqu’on examine les chaussures du malade, on s’aperçoit qu’elles sont forcées en dedans.

Pour s’apprécier le degré de cette déformation, il faut examiner les pieds sur un appareil spécial : le podoscope qui, grâce à un système de miroirs, permet de voir parfaitement bien les zones d’appui plantaire.

On peut faire également des empreintes plantaires dont les images permettent une appréciation exacte  et mesurable de la déformation.

Traitement

S’il s’agit de troubles légers, il suffit de porter de petites semelles dont le but est de soutenir la voûte plantaire et si possible des chaussures dont le contrefort est renforcé de façon  à bien stabiliser l’arrière-pied.

Chez l’enfant

Symptôme

Le caractère héréditaire de cette déformation est bien connu, mais elle est aussi favorisée par un poids excessif et le relâchement des muscles.

Il est assez fréquent de noter d’autres anomalies : genoux déformés avec jambes qui partent en dehors (genu valgum), exagération de la cambrure lombaire, relâchement de la paroi abdominale.

Ce qui motive en général la consultation auprès du médecin est l’inquiétude de la mère qui a remarqué la démarche anormale de son enfant et a noté l’usure rapide et particulière de ses chaussures.

Le plus souvent, l’enfant, lui, ne se plaint absolument pas.

On peut rassurer la mère car l’évolution est presque toujours bénigne.

Sur 100 cas, 5 seulement poseront des problèmes à l’âge adulte dont 2 ou 3 de nature chirurgicale.

Traitement

Le traitement que l’on peut proposer est le suivant :

Avant l’âge de 3 ans : aucun traitement si ce n’est le port de chaussures montantes avec un bon contrefort : chaussures montantes avec un bon contrefort ! chaussures en cuir sauf pour le talon et la semelle car le cuir est glissant et s’use vite ; talon de 15 à 20 millimètres pour favoriser la cambrure du pied.

La pointure doit laisser un vide de 1 centimètre en avant du bout de l’orteil le plus long.

Il faut changer de chaussures dès que l’orteil affleure le bout.

Chez l’adolescent

Symptôme

C’est vers l’âge de 14 – 15 ans qu’apparaissent des douleurs liées à la fatigue ou lors de certains sports, qui peuvent aller jusqu’à entraîner une boiterie.

Le pied est alors crispé, comme soudé à la jambe.

Traitement

Il faut dans ce cas, éviter tout effort sportif prolongé, et conseiller le port permanent d’une petite semelle, même pendant le sport.

Les pieds creux

Pied creux et pied normal

Pied creux et pied normal

Fait qui vous surprendra sans doute, ils sont, et de beaucoup, plus fréquents que les pieds plats (8 malades sur 10).

Il s’agit de la déformation inverse.

Modérée, elle est bien tolérée, importante, elle peut être responsable de crampes du mollet, d’entorses à répétition des chevilles, d’une gêne à la marche pieds nus, ou avec des chaussures à talons plats.

Le talon, comme suspendu, est responsable d’une démarche un peu dansante qui se fait sur l’avant des pieds.

Le plus souvent on retrouve l’association d’un pied creux d’avant en arrière, et d’un avant-pied plat élargi.

Cela explique que l’on confonde souvent pied creux et pied plat.

Les malades ont une grande difficulté pour se chausser du fait de la disproportion entre la largeur de l’avant-pied et la finesse du talon.

Heureusement, le talon de la chaussure est là.

Les meilleures chaussures sont celles à talon bottier à condition que le bout ne soit pas trop pointu.

Ajouter un commentaire