Les médicaments à prendre pour la polyarthrite rhumatoïde

L’Aspirine est surement le médicament le plus populaire pour ceux qui souffrent de la polyarthrite rhumatoïde.

Néanmoins, il existe aussi d’autres solutions.

L’Aspirine

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Presque tous les malades atteints de polyarthrite rhumatoïde ont recours à l’Aspirine.

Mais beaucoup n’en retirent pas tout le bénéfice possible.
Ils n’en prennent pas suffisamment, soit pour ménager leur estomac ou leurs intestins, soit en raison d’une crainte non justifiée « je dois ménager mes reins – j’ai peur de m’y habituer ».
Ces raisons ne sont guère valables : l’Aspirine ne lèse pas les reins et, par ailleurs, on ne s’y accoutume guère.
Autre grief : « l’Aspirine ne guérit pas ».
Mais aucun médicament ne guérit la polyarthrite rhumatoïde.
A ce propos, l’Aspirine n’est pas seulement un médicament de la douleur, mais, chose que les malades ignorent généralement, elle possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.
Pour être vraiment efficace, elle doit être prise à des doses suffisantes : au moins 3 à 4 grammes par jour, c’est-à-dire 6 à 8 comprimés, toujours à la fin des repas.

Dans certaines polyarthrites peu sévères, l’Aspirine peut suffire.

C’est malheureusement rarement le cas, et il faut presque toujours lui adjoindre un autre traitement.

Les anti-inflammatoires sans cortisone

Les dérivés de la cortisone.

Il ne faut pas employer la cortisone que lorsqu’il est véritablement impossible de faire autrement, c’est-à-dire dans les formes sévères et après échec de tous les autres traitements.

Puisqu’il s’agit d’un rhumatisme chronique, on comprend l’importance de cette décision : le traitement va être poursuivi pendant des années, voire indéfiniment.
Lorsque l’état est suffisamment grave pour imposer une telle décision, il faut bien s’y résoudre mais prendre toutes les précautions pour limiter les dangers au strict minimum.
Cela veut dire avant tout que la cortisone doit être prescrite à la dose la plus faible possible en fonction de l’état de la malade, et ceci au milligramme près.
Des doses inférieures à 7 milligrammes par jour sont habituellement bien tolérées pendant des années.
Des doses supérieurs risque de provoquer certaines troubles au bout d’un temps plus ou moins long.
La cortisone ne doit pas être répartie en plusieurs prises dans la journée mais être prise en une seule fois le matin au lever.
Les contre-indications d’un tel traitement posent parfois des problèmes très délicats.

Que faire dans le cas d’une polyarthrite sévère qui nécessite la cortisone… contre-indiquée par ailleurs pour d’autres raisons ?

Ajouter un commentaire